Logo Prodeom immobilier Neuf petit Logo Prodeom immobilier Location petit

0

fr
MARCHÉ IMMOBILIER À MONTPELLIER : DES...

MARCHÉ IMMOBILIER À MONTPELLIER : DES PRIX À CONNAÎTRE

Publié le 18/09/2020

MARCHÉ IMMOBILIER À MONTPELLIER : DES PRIX À CONNAÎTRE

 

Clivage entre les beaux quartiers et la périphérie montpelliéraine : le marché immobilier varie considérablement son offre d’un quartier à l’autre. Tandis que les prix s’élèvent sur le marché des beaux quartiers et annoncent même une pénurie de logements dans des quartiers des Beaux-Arts, d’Aiguelongue ou de Boutonnet, d’autres quartiers plus ou moins éloignés du centre-ville et les communes périphériques proposent une offre intéressante et opportune, tout en restant desservis par le tramway.

 

Le quartier de l’Écusson, un marché charmé par l’ancien : des appartements au centre-ville de 2 500 € à 5 000 €/m2

 

La pierre du centre historique séduit les acquéreurs et fait grimper les prix du marché immobilier. Les investisseurs se battent les quelques biens de l’immobilier ancien de L’Écusson. S’ils sont bien situés, les estimations peuvent alors monter jusqu’à 4 000 €/m2. On se dispute même les appartements de petites surfaces. Sur ce type de logements, le turn-over reste faible et c’est pourquoi le prix de certains studios prix atteint celui de très beaux logements parfaitement situés et déjà rénovés. 

Les acheteurs connaissent la valeur des biens immobiliers de l’Écusson. La majorité des ventes se font entre 3 000 et 5 000 €/m2. Les prix ont considérablement augmenté sur le boulevard du Jeu-de-Paume depuis la piétonnisation et les réhabilitations. Aujourd’hui, il est difficile de trouver un bien immobilier quelconque en dessous de 3 000 €/m2 dans l’Écusson.

 

 

Le quartier de Port-Marianne, un marché branché : des appartements récents de 4 000 € à 5 000 €/m2

 

La ZAC de Port-Marianne est très tendance, elle est même devenue l’emblème du nouveau Montpellier. Par conséquent, l’immobilier est très cher au bord du Lez. Le marché immobilier est en constante évolution puisque les promoteurs ont considérablement métamorphosé le paysage. Les prix de revente sont alors très élevés. De plus, les biens disponibles sont rares et donc encore très chers.

Néanmoins, la demande est vigoureuse et les acheteurs sont disposés à payer le prix fort pour vivre coûte que coûte dans ce quartier. Cet effet mode inédit affole le marché immobilier de Port-Marianne. Par exemple, un trois-pièces à Parc-Marianne de 64 m2 de 2015, estimé 275 000 €, a été vendu 306 000 €... La réalité dépasse l’entendement. Le prix du mètre carré peut être aussi cher au rez-de-chaussée que dans les étages de nouveaux immeubles. Néanmoins, la résidence La Lironde offre une diminution des prix de 10 à 15 % puisqu’elle est légèrement à l’écart.

 

 

Le quartier d’Aiguelongue, un marché haut de gamme : de l’ancien de 2 100 € à 3 500 €/m2 pour les appartements ou de 2 400 € à 4 800 €/m2 pour les maisons et du neuf de 3 500 € à 6 500 €/m2

 

Au calme et au vert, à deux pas du centre-ville, ce quartier résidentiel est le plus cher de Montpellier. Situés au nord de l’Écusson, certains biens immobiliers dépassent le million d’euros. Éloignées de la ligne de tramway, quelques luxueuses demeures mettent du temps à trouver preneur à ces prix-là. 

Si des maisons plus traditionnelles des années 1980 sont bien entretenues, elles peuvent facilement se vendre autour de 600 000 €. Par exemple, une maison de 250 m2 habitables sur 800 m2 de terrain ne restera pas longtemps sur le marché sans acquéreur. Généralement, les familles recherchent des biens près de la ligne de tramway et des commerces environnants. Le sud du quartier est plus urbanisé, les lotissements des années 1970 à 1990 affichent alors des biens à pas moins de 300 000 €. Concernant la rénovation, certains appartements peuvent se vendre à 2100 €/m2, alors qu’une maison avec travaux ne descendra pas en dessous de 2500 €/m2. La résidence Natur’Aiguelongue propose ses derniers logements à l’achat entre 4600 € et 6800 €/m2 pour un studio de 24 m. Les terrains à bâtir sont rares et hors de prix, toutefois le marché immobilier d’Aiguelongue propose quelques programmes neufs.

 

 

Le quartier Figuerolles, un marché encore accessible : de l’ancien de 2500 € à 3 500 €/m2

 

Du quartier populaire qu’il était au village boboïsé qu’il devient, Figuerolles est un quartier prisé encore abordable. L’ensemble du quartier se rénove et change peu à peu de visage/identité à travers les ravalements de façade et la rénovation incessante des espaces privés ou publics, comme l’aménagement de la place Salengro. Les nouveaux actifs s’y installent : jeunes travailleurs, artistes, couples dynamiques, internes en médecine, etc. Cette clientèle très urbaine adore ce quartier où tout peut se faire à pied. Très bien desservi par le tramway, Figuerolles est un quartier prisé où les actifs préfèrent investir. Les prix restent accessibles par rapport aux autres quartiers du centre-ville, d’autant plus que leurs biens immobiliers prendront de la valeur à la revente. À seulement quelques minutes de l’Écusson, il s’agit d’un marché très tendu. Un logement entièrement à rénover se négocie entre 2500 € et 2700 €/m2. Par exemple, un appartement à rafraîchir de 60 m2 à côté du Courreau s’est vendu 2 800 €/m2, ce qui représente encore une bonne affaire. Charmés par l’ancien, les acquéreurs investissent facilement dans des logements déjà rénovés qui peuvent atteindre 3 300 €/m2.

 

 

Le quartier Croix d’Argent, un marché à saisir : de l’immobilier ancien de 1 700 € à 3 000 €/m2

 

Croix d’argent est un quartier intéressant. Bien desservi par le tramway, il a l’avantage d’être proche du centre-ville tout en étant encore pas très cher. Il offre alors quelques pépites aux primoaccédants.

En effet, ce quartier situé à quatre stations de la gare Saint-Roch attire les jeunes couples et les primoaccédants puisque les prix restent relativement bas pour Montpellier. On trouve encore à Mas-Drevon des trois-pièces des années 1960 ou 1970 à refaire pour moins de 2 000 €/m2 ou des F3 de 70 m2 à 125 000 €. Plutôt bien agencés, ces appartements méritent seulement d’être rafraîchis et mieux isolés. 

Dans les immeubles côtés, comme la Résidence de France du début des années 1980, les 3 pièces commencent à se vendre à partir de 180 000 € (soit 2 500 €/m2). Des années 1990 à 2000, des maisons de lotissement sont accessibles dès 270 000 €. Cependant, de très beaux produits immobiliers peuvent aussi se présenter dans ce quartier, un 90 m2 avec jardin peut valoir jusqu’à 450 000 €. 

À la location, un logement du type F3 peut se trouver à 700 €/mois.

revenir en haut

Nous contacter

Champs obligatoires*

* Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par La Boite Immo pour la gestion de la clientèle/prospects de Prodeom immobilier Neuf. Elles sont conservées jusqu'à demande de suppression et sont destinées à Prodeom immobilier Neuf. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant Prodeom immobilier Neuf. Nous vous informons de l’existence de la liste d'opposition au démarchage téléphonique « Bloctel », sur laquelle vous pouvez vous inscrire ici : https://conso.bloctel.fr/

Afficher le comparateur

comparer